Zimmer + Rohde, un autre éditeur choisi par le Showroom Sorain et Styles Bordeaux.
13 août 2018
Suspens… et révélation le 20 septembre !
30 août 2018
Afficher tout

Aux origines de la classification des couleurs

Sorain et Styles Bordeaux

Je dis vert, vous dites vert. Comment savons-nous que nous parlons de la même couleur ? Les cartes de couleurs, créées dès les années 1600, incluaient des échantillons de couleurs et des noms, fournissant ainsi un standard à suivre. Ces cartes ont aidé les naturalistes à identifier les plantes et les animaux et les fabricants à produire des teintures et des peintures uniformes.

Vers un code couleur universel

La production de masse de colorants synthétiques dans les années 1800 exigeait de meilleurs systèmes de classification des couleurs. Une variété de modèles de couleurs et d’instruments ont été créés et beaucoup sont encore utilisés aujourd’hui. Cependant, les scientifiques n’avait pas encore trouvé de modèle de couleur vraiment uniforme.

Ce tableau est l’une des premières palettes de couleurs connu. Waller l’a créé comme outil de description des plantes et des animaux. Les collectionneurs et les scientifiques pouvaient ainsi comparer leurs spécimens à cette table et utiliser les noms fournis pour identifier les couleurs des feuilles, de l’écorce, des fleurs, des plumes, des plantes et des animaux.

Sorain et Styles Bordeaux

2 592 échantillons de colorants naturels

Ce premier manuel sur la préparation des couleurs, l’une des quatre copies connues au monde, contient 2 592 échantillons de colorants naturels colorés à la main, ainsi que des détails sur leur application à la soie, au coton, à la laine, au cuir, au bois, au papier et d’autres matériaux.

Milton Bradley, pionnier du jeu de société (également fabricant de crayons et d’aquarelles) a été fasciné par la recherche d’une méthode précise d’identification et de reproduction des couleurs. L’ornithologiste Robert Ridgway a ensuite adopté la philosophie de couleur de Bradley dans son propre travail, concevant un système pour nommer les couleurs des oiseaux. Chacun a contribué de manière significative à la normalisation des couleurs.

Bradley a cherché à éduquer les adultes et les enfants sur la physique et la psychologie de la couleur. Dans son livre « Elementary Colour », il a souligné que l’enseignement de la couleur pour les enfants devrait utiliser un système simple. 

Sorain et Styles Bordeaux

Une roue pour mixer les couleurs
Il fait alors la promotion de sa roue chromatique en tant que dispositif pouvant correspondre et mesurer scientifiquement les couleurs. Lorsqu’ils tournent rapidement, les disques colorés qui se chevauchent mélangent les couleurs. Différentes combinaisons de disques créent une multitude de teintes en fonction des proportions mesurées.

Sorain et Styles Bordeaux Sorain et Styles Bordeaux Sorain et Styles Bordeaux

La rotation de ces combinaisons de couleurs (dans les proportions indiquées) produit la teinte grise dans le carré central. Le centre montre également les proportions de noir et de blanc nécessaires pour obtenir les mêmes résultats. (Surprise, le gris n’est pas toujours un mélange de noir et blanc !)

Ridgway, le premier conservateur d’oiseaux du Smithsonian, a utilisé la couleur comme outil pour identifier les espèces d’oiseaux. Insatisfait des normes de couleur existantes, il crée son propre dictionnaire de couleurs pour les naturalistes en 1886. Son édition élargie de 1912 contient 1 115 couleurs nommées. Certains noms font directement référence à des espèces d’oiseaux. 

Tout cela pour aboutir en 2018 au fameux nuancier Farrow and Ball.

Sorain et Styles Bordeaux

Pfou, quelle histoire !

Sources : Smithsonia Librarie

sylvie

Sylvie
Conseillère couleur
Sorain et Styles
48 rue Bouffard Bordeaux